Le cododo, notre cocon à nous

Sa petite main dans la mienne, son autre main posée sur mon bras… Mon autre main caresse son dos, mon visage est au-dessus du sien à écouter le rythme de sa respiration, respirer l’odeur de ses cheveux, le sentir calme et apaisé, le regarder décoller au pays des rêves… Un instant hors du temps, unique de tendresse et de douceur qu’on ne peut vivre qu’en cododo, de jour comme de nuit.

À notre époque et dans notre culture, le cododo est comme devenu un acte marginal. Partout, on entend que bébé doit dormir dans son lit, voire même, carrément dans sa chambre et si possible au plus tôt pour éviter qu’il prenne des mauvaises habitudes. Dormir avec son bébé, une mauvaise habitude, sincèrement ? Le motif de la sécurité revient aussi souvent. Par exemple, une nuit aux urgences, on m’a pris de très haut lorsque j’ai dit à une docteur que Nino et moi, on dormait ensemble. Je dirais même qu’elle m’a engueulé, me disant que c’était interdit et inconscient de faire ça. Nino était encore tout petit, elle m’a fait tellement culpabiliser que j’ai mis Nino dans son lit cette nuit-là (miracle, il ne s’était pas réveillé en le posant)… mais il était de retour avec moi dès le lendemain, quand même ! C’est certain, le cododo demande de la vigilance, mais on fait attention avec les coussins et couvertures, on met une barrière de sécurité si besoin, on adapte et on s’adapte. Parce que le cododo, finalement, c’est aussi bien pour les bébés que pour les parents !

Pour les bébés, il n’y a pas plus sécurisant que de dormir auprès de sa mère, de sentir son odeur, sa respiration, sa chaleur. Que ce soit dans le lit des parents ou dans un lit cododo d’ailleurs. Après 9 mois passé dans le ventre de sa maman, son repère, bébé a besoin de rester en contact quasi permanent. Pour ma part, Nino a maintenant 9 mois et il a désormais passé plus de temps en dehors que dans mon ventre. On pourrait penser qu’à cet âge-là, bébé n’a plus « besoin » de dormir avec sa mère, et pourtant aujourd’hui encore, je ne peux pas le coucher sans devoir rester auprès de lui. Pour les siestes comme pour les nuits, il se réveille quand il ne sent plus ma présence. Et après tout ce qu’il a traversé, ça se comprend, alors j’essaie de tout faire pour le rassurer et suivre ses besoins, son rythme. Certains penseront que je suis dingue, moi je préfère écouter mon bébé, être autant présente qu’il le faut, le materner autant qu’il en a besoin et profiter de ces moments précieux. Le temps passe si vite.

Pour bébé, faire dodo avec ses parents a aussi un atout majeur: il réduit considérablement le risque de mort subite du nourrisson (MSN) qui peut arriver au moins jusqu’à la première année de bébé. J’ai découvert des témoignages de parents qui ont perdu leur enfant ainsi, ça m’a tellement bouleversé que, rien que pour cette raison, on continuera de dormir ensemble pendant des mois et des mois !

Et puis, pour les parents et surtout pour les mam’allaitantes, il y a l’aspect fort pratique du cododo… Bébé montre des signes d’éveil ? Hop, au sein avant même qu’il ne se réveille. On n’a pas connu beaucoup de nuits à devoir le bercer, le cododo y est pour beaucoup je pense. Et pour être sincère, je n’ai jamais imaginé dormir sans mon bébé à mes côtés. Non seulement ça m’angoisserait (ça le rassure et ça me rassure), mais aussi j’aime si fort nos moments à nous, l’endormir et le rendormir au sein, le sentir se retourner à côté de moi et me réveiller avec lui, à faire ses petits bruits du réveil et à me toucher le visage pour que je me réveille… Les réveils à 3 sont les moments les plus doux qu’on passe ensemble, à échanger pour rien au monde. Notre lit, notre cododo, c’est vraiment notre cocon à nous.

Aux parents qui pratiquent le cododo, n’écoutez pas les autres et profitez en autant que vous en avez l’envie. Aux futurs parents, j’espère vous avoir convaincu (ou du moins, ouvert cette possibilité dans votre esprit!)…

Doux bisou,

Nini

Written by

3 thoughts on “Le cododo, notre cocon à nous”

  1. Ah comme je te comprends Stéphanie, à 21 mois, Lenny a encore ce besoin de dormir près de moi et de sentir mon visage sur le sien, c’est agréable aussi de le câliner et lui dire des mots d’amour puis de le regarder dormir comme un bébé si paisiblement !
    On essaie de l’endormir dans sa chambre (sans pleurs) dans son lit sans barreaux, ça lui permet d’avoir cette liberté de venir nous retrouver la nuit quand il veut être rassuré et pour me faire un câlin, je lui laisse le temps d’être prêt de faire ses nuits complétes dans son lit 🙂

    1. Coucou Audrey 😍 J’adore quand on me raconte des histoires comme ça… J’espère que ce sera la même chose pour nous, on va bientôt lui préparer un lit au sol dans sa chambre, mais j’espère que ça ne servira que pour les siestes à deux 🤩 La nuit, je veux encore le garder près de moi… j’aime trop !
      Je vous envoie plein plein de besos à toi et à Lenny 💋💋💋

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *