Notre histoire

Coucou les mamans, les papas, les futurs parents, tous ceux et celles qui me lisent et qui continueront à lire nos aventures.

Pour commencer tout simplement, je m’appelle Stéphanie, ou Nini pour les intimes, j’ai fraîchement soufflé mes 33 bougies et ma moitié se prénomme Rachid (qu’on surnomme Kiko), mon amour depuis nos années lycée. En mai 2018 est né notre plus beau chef-d’œuvre : notre bébé Julián (qui se prononce à l’espagnol) et que je surnomme amoureusement Nino. Oui, nous sommes très « surnoms » dans la famille, retenez les bien parce que ce sont eux qui seront utilisés dans toutes nos histoires.
Comme pour tous les parents, je pense, avoir un enfant bouleverse la vie. Tout devient nouveau, les priorités changent, les envies aussi et tout reste à découvrir. C’est un rôle splendide qu’être parent, rempli d’émerveillement et d’émotions fortes. Avec et grâce à son enfant, on se construit « parent » chaque jour un peu plus, on savoure tous les moments possibles. Une expérience merveilleuse…
Mais (car il y a un mais), il y a aussi des expériences plus difficiles, des épreuves à surmonter, des solutions à trouver face à des problèmes inconnus. Et ce sont ces moments là qui m’ont amené à vouloir partager notre histoire, partager pour aider les parents ou futurs parents qui vivent ou vivront ce qu’on a vécu, informer pour mieux se préparer, conseiller pour mieux avancer. Je vous ouvre alors « mes petits carnets », mes cahiers de note qui me suivent depuis tant d’annees…


Pour essayer d’être brève (j’entrerai dans les détails dans les histoires du blog), je vous liste les difficultés qu’on a rencontré en l’espace de quelques mois… Dès l’age de son premier mois, Nino a développé un reflux/RGO interne sévère et il a subi un traitement médicamenteux pendant de longues semaines. Des semaines qui m’ont paru infini, une période éreintante, épuisante aussi bien pour Nino (qui est celui qui a le plus souffert) que pour nous, les parents. Bien heureusement, cette période a eu une fin mais elle m’a tout de même été traumatisante à plusieurs égards, c’est pour cela que je souhaite partager cette histoire.

Quelques semaines après le début des reflux, le traitement ne faisant pas (encore ?) effet, j’ai commencé un régime d’éviction de protéines de lait de vache. Un régime particulier parfois peu évident à suivre, surtout au début, mais qui a porté ses fruits en quelques semaines après, des efforts qui en ont valu la peine. Aujourd’hui encore, je continue ce régime et je souhaiterais apporter des conseils à des mamans en quête d’informations à ce sujet.

Toujours à cause de ce maudit reflux/RGO que j’appelle « voleur de bébé », mais aussi suite à de très mauvais conseils de professionnels, j’ai arrêté à contrecœur notre allaitement. Un arrêt qui a duré 15 jours, que j’zi vécu comme un deuil, le plus grand regret de ma vie… Après m’etre mieux renseignée sur le reflux et après avoir découvert que l’allalitement est en réalité le meilleur des remèdes, j’ai alors entamé une relactation, avec le soutien incroyable de mon Kiko et de ma petite sœur chérie, Samantha. C’était un véritable défi qui nous a demandé une énergie folle, une aventure qui a été tumultueuse… mais on a réussi ! La relactation a été dure pour plusieurs raisons, mais la plus importante est celle ci… Dès la naissance de Nino, j’ai senti que quelque chose « clochait » dans notre allaitement, mais je n’arrivais à savoir « quoi ». J’ai consulté et contacté une dizaine de professionnels pour m’aider à trouver la raison de notre problème, mais personne ne me croyait vraiment et pourtant, j’avais juste. Il a fallu près de 4 mois pour mettre enfin des mots à notre problème : le frein postérieur lingual et le frein de la lèvre supérieure. Nino avait des freins non détectés car non vérifiés par tous ces professionnels ni à la maternité. Une découverte tardive qui a presque mis fin à notre allaitement et surtout, qui ont généré d’énormes tensions sur Nino. Juste avant ses 4 mois, il alors eu une opération pour enlever ses freins, une double frenotomie qui a nécessité plusieurs semaines de « soins » mais qui a rapidement porté ses fruits et changé notre vie.

Je vous laisse alors deviner que ces sujets là auront une charge émotionnelle plus forte que d’autres histoires du blog. Les sujets à aborder sont bien nombreux, ceux là ne seront qu’une petite partie finalement.

Coucou Nini, c’est alors l’histoire d’une maman débutante au chemin un peu cabossé. Une maman et un papa qui ont connu des difficultés qui leurs étaient totalement inconnues et inimaginables. Une maman, un papa et un bébé qui ont dû attendre plusieurs mois avant d’être plus apaisés et de profiter à fond des uns les autres.
Parce qu’a côté de tout ça, il y a bien entendu tous les moments de bonheur et de joie qui composent notre quotidien. Je souhaite alors partager avec vous tous ces moments, les expériences joyeuses et les expériences plus difficiles parce que oui, c’est aussi ça la vie de parents.
Enfin, et en complément de tous ces sujets de « parents », je vais aussi publier toutes mes notes rédigées lors de ma grossesse. J’espere alors qu’elles serviront à toutes les futures mamans et les futurs papas qui liront Coucou Nini.

Peut-être vous demandez-vous : pourquoi mettre toutes ces histoires plutôt personnelles en ligne ?
Contre toute attente, internet et les médias sociaux m’ont beaucoup aidé et appris. Avant, je n’y aurais pas cru, pour moi la vie connectée était justement déconnectée de la réalité. Et pourtant, depuis ma grossesse, Instagram a sûrement été ma première source d’inspiration et Facebook ma source d’informations (plus précisément des groupes de mam’allaitantes et maternantes très spécifiques). J’ai trouvé des mamans bienveillantes et attentives qui ont su m’aiguiller et m’écouter pour trouver des solutions à nos problèmes, des appels à l’aide que les professionnels de santé n’ont pas su répondre.
Une solidarité sincère circule et grandit sur le web, je souhaite à mon tour y contribuer, y ajouter ma voix qui, je l’espère, ne sera pas une de trop et qu’elle saura aider ne serait-ce qu’une personne.

Pour être tout à fait honnête, au-delà de l’envie d’aider, il y a aussi, je crois, un besoin d’écrire, de poser des mots sur ce qu’on a vécu tous les trois. Par moments, ça a été dur, très dur, aussi bien psychologiquement que physiquement. Mais on a tenu bon et aujourd’hui, je sens notre tryade tellement heureuse et épanouie… Je souhaite à tout le monde de vivre des moments si beaux, si intenses.

En résumé, et je pense que vous l’avez compris, Coucou Nini sera un condensé d’informations et d’histoires destinées aux parents d’aujourd’hui et de demain.
Et j’espère de tout cœur que ce blog sera utile !

Tellement de sujets à évoquer et pourtant, notre odyssée n’en est qu’à ses débuts (ça annonce les années à venir).

Bien à vous chère lectrice et cher lecteur,

Nini


Share