Plus qu’un bouquin, un compagnon de route dans la vie de parent. “Il n’y a pas de parent parfait” par Isabelle Filliozat.

À lire et à garder sous le coude tout au long de sa parentalité. Après “Au cœur des émotions de l’enfant” que j’ai dévoré et qui m’a bouleversé (je vous renvoie vers le post dédié), j’ai vite enchaîné avec celui-là qui patientait, lui aussi, dans ma bibliothèque. L’effet de sa lecture a été différent du premier livre, mais sa justesse et sa pertinence me paraissent tout aussi forts.

Près de 10 ans séparent la publication de ces deux livres et pourtant, ils se lisent comme une suite logique, un prolongement nécessaire.

Avec “Au cœur des émotions de l’enfant”, Isabelle Filliozat nous fait replonger dans nos souvenirs d’enfants, souvent enfouis ou oubliés, et qui refont surface malgré nous. Une expérience intense. J’ai terminé ce livre avec un tout autre regard sur moi-même, et avec un nouveau regard sur ma parentalité.

Avec “Il n’y a pas de parent parfait”, la psychothérapeute accompagne davantage le lecteur dans ses expériences du quotidien, plus précisément dans ses moments difficiles avec son enfant: craquages, cris, colères, pertes de contrôle, violences verbales et/ou physiques… On le devine au titre, on a tous droit à des erreurs, c’est certain. Mais il y en a certaines qu’il est primordial de reprendre pour ne surtout pas les renouveler: je pointe ici la violence qui est à bannir et qui est néfaste aussi bien pour l’enfant que pour le parent. Isabelle Filliozat l’explique parfaitement, une aide précieuse à lire et à relire quand on passe par des périodes où notre patience est mise à rude épreuve.

Pas de leçon de morale ni de “Tu dois faire ceci ou cela”, l’auteur nous donne des clés pour parvenir à comprendre par soi-même nos réactions (surtout négatives) face à notre enfant, les accepter et aller au-delà de nos automatismes ancrés depuis notre enfance. Une démarche excellente pour soi et pour l’épanouissement de toute la famille. 

Et comme les situations vécues avec notre enfant différent complètement en fonction de son âge, on retrouve un large panel de cas par cas qui aide le parent à se poser des questions précises en fonction de ces moments de vie. La dernière partie du livre est d’ailleurs un “coaching book”, d’où sa fonction de compagnon de route qui me servira, je pense, de longues années.

Selon moi, ces deux livres complémentaires font office d’auto-thérapie. On les termine en sachant que ce n’est pas fini, que c’est à nous, lecteurs, de prendre le relais et de continuer à cheminer de notre côté. Ces bouquins ne donnent aucun secret miracle, ce serait alors trop facile d’être parent, mais ils sont d’une aide précieuse pour essayer d’être le meilleur parent possible pour nos enfants, nos amours.

Prochains livres d’Isabelle Filliozat dans ma liste : “L’intelligence du cœur” et “On a tout essayé”. Lectures à suivre.

Written by

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *