« Vous n’avez pas assez de lait, Madame ! »: un mythe à démonter

« Bébé ne prend pas assez de poids? Vous n’avez pas assez de lait ! », « Bébé tète trop souvent, trop longtemps? Vous n’avez pas assez de lait ! », « Bébé pleure trop? Vous n’avez pas assez de lait ! » et j’en passe… Des phrases que les mam’allaitantes subissent tellement et le pire, c’est qu’elles sont émises par des personnes qui s’y connaissent pas ou mal en allaitement. Des phrases qui me mettent hors de moi et qui sont la cause d’un nombre incalculable d’allaitements écourtés, à tort ! J’ai moi-même subi cette réflexion au pire moment de mon allaitement, où les doutes et la fatigue atteignaient leur pic (je vous invite à lire l’histoire de notre allaitement en cliquant ici).

À toi mam’allaitante, oui des problèmes de production de lait existent, ils sont rares mais possibles et ils s’expliquent médicalement, parfois même ils sont remédiables.

3 grandes causes peuvent expliquer un manque de production de lait (vous pouvez retrouver tous les détails sur cet article de la Leche League, une de mes principales sources) :

  1. Des barrières physiologiques chez la mère : agénésie et hypoplasie sont des pathologies que peu de personnes connaissent mais elles existent, ce sont des problèmes de développement de la glande mammaire survenus in utéro ou à la puberté (des seins qui ne prennent pas en volume pendant la grossesse peut être un indicatif) ; des problèmes hormonaux importants ; une réduction mammaire dont des canaux lactifères ont été sectionnés pendant l’opération… Fatigue, stress, dépression, déshydratation… peuvent aussi être des motifs d’un manque de lait, mais ils sont remédiables si temporaires.
  2. Des problèmes de succion chez bébé qui empêchent notre corps de transmettre au cerveau à « lancer notre machine à lait » : freins restrictifs de la bouche (langue, lèvre, gencives) qui sont une cause importante d’arrêt d’allaitement (je vous invite à lire mon histoire Les freins de langue et de lèvre : des maux que tous les parents devraient connaître) ; prématurité ; trisomie ; maladies neuro-vasculaires… Mais aussi confusion sein/tétine qui n’est pas en reste (causée par des biberons, la sucette ou l’utilisation de bouts de sein… un article dédié à la confusion est prévu).
  3. Une « mauvaise » conduite de l’allaitement dès le démarrage et trop souvent causée par des mauvais conseils, un mauvais accompagnement, un manque d’informations. Il n’y a pas de secret, pour lancer son allaitement, la montée de lait doit se faire et pour cela, seul un allaitement à la demande est à suivre (un article est également prévu à ce sujet). Le corps humain est une belle machine, qui fonctionne sous le régime de l’offre et de la demande : plus bébé tète, plus il y a de lait. Mam’allaitantes, évitez à tout prix de céder aux compléments surtout dès le départ, si vous et votre bébé ne présentez aucun problème cité plus haut, mettez en place tranquillement votre allaitement.

Alors à toi maman qui doute, qui a peur, qu’on cherche à culpabiliser à tort et à travers, si aucun des motifs cités ici ne te parle, ne te laisse pas envahir par cette fausse légende (peut-être répandue par les producteurs de lait artificiel, qui sait), aie confiance en toi et à bébé et continuez votre aventure lactée aussi loin que vous le souhaitez tous les deux…

Doux bisous,

Nini

Written by

11 thoughts on “« Vous n’avez pas assez de lait, Madame ! »: un mythe à démonter”

  1. Arf cette phrase ! 😡
    Tellement relayée par les professionnels de santé. Réponse tellement facile. Et bien évidemment les femmes relayent à leur tour cette idée, qu’une femme n’aurait pas assez de lait pour son petit…
    je pense aussi que cette idée est LA bonne excuse pour les femmes qui souhaitent abandonner l’allaitement.
    Dans le sens, c’est mieux de dire « je n’ai plus assez de lait » que de dire « ça me fait chier, c’est contraignant etc etc… ».
    Beaucoup de femmes n’assument pas et cette idée les déculpabilise…

    1. Coucou Marion ! Ah carrément, c’est fort possible ! Ce qui m’énerve le plus avec cette fausse idée, c’est les gens qui se permettent de dire ça à une maman, ça me rend ouuuuuf !!!!

  2. Merci Stéphanie d’avoir pensé à moi… Lors de l’allaitement de ma grande fille, une des puericultrices de la Pmi me posait systématiquement la question “Vous êtes sûre que vous avez assez de lait?!” et cela ne loupait pas, j’avais une baisse de lactation dans les deux jours qui suivaient. Pour la naissance de mon petit bonhomme, forte de cette expérience, je m’étais préparée à répondre au taquet! et je n’ai pas eu longtemps à attendre, dès la deuxième nuit à la maternité une auxiliaire de puericulture vient se présenter quand elle prend son service. Alors que je lui confirme mon souhait d’allaiter exclusivement, elle me répond “oui bon, on verra quand même pour un complément en biberon pendant la nuit”, mes yeux mitrailleurs et ma réponse cinglante “certainement pas” on fait que je ne l’ai pas revu de mon séjour. Cependant, quand malheureusement, les difficultés de santé “voleuses de bébé” surgissent, ils ont le chic pour nous faire culpabiliser et douter… à croire qu’il est plus facile d’accabler les parents que d’avouer qu’ils ne savent pas.

    1. Coucou 😍 Entre notre discussion à l’atelier et ton histoire que tu as raconté en commentaire de mon article sur l’allaitement, j’ai beaucoup pensé à toi et je me devais d’écrire dessus !
      Tu as vécu des expériences pas normales, que les pros ne devraient pas nous faire subir, d’autant plus avec ton deuxième enfant, tu étais plus que rodée, c’est dingue !!!
      Et je suis complètement d’accord avec ta conclusion, à 💯% 🙏

  3. Roh tu as posé les mots comme il fallait sur ce gros problème, je suis tellement d’accord ! Il faut être informé sur le manque d’information, tout un paradoxe ! Et encore on arrive à ce faire avoir (en connaissance de cause j’ai pourtant accepté de donner un complément dès la naissance tellement le personnel de maternité m’a fait culpabiliser, malgré un poids correct et aucun soucis d’allaitement… pffff 😔)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *